Accueil > Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous?

 

LE MOT DU PRÉSIDENT

Chères et chers membres et amis de l’Institut Français de la Mer

Pour vous, pour ceux qui vous sont chers et pour toutes vos activités, maritimes et non maritimes, mes meilleurs vœux 2017.

Ce début d’année est l’occasion de vous faire un point de nos activités récentes et de nos perspectives pour les prochains mois.

Nos groupes d’études et de réflexion

Nous avons prolongé les réflexions lancées à la suite de notre colloque sur l’Océan, bien commun de l’humanité, sur le thème de la gouvernance de la haute mer,  en particulier dans la perspective des travaux préliminaires à l’ONU pour la négociation d’un accord complémentaires à la Convention de Montego Bay portant sur la protection de la biodiversité au delà des limites des eaux sous juridiction.

Notre groupe de travail composé de membres du bureau de l’Institut, renforcé par deux partenaires du CESM et de l’université a prolongé ses auditions. Nous avons ainsi entendu André Abreu, Eric Banel, Catherine Chabaud, Jean Dufourq, Françoise Gaill, Renaud Girard, Elie Jarmache, Jacques Launay, Benoît Le Goaziou, Frédéric Moncany de Saint Aignan, Julien Rochette, Serge Segura, André Thomas, Philippe Vallette et Serge Beslier. Ce cycle va se terminer par les interventions prochaines de Virginie Saliou et Francis Vallat.

La synthèse des ces auditions extrêmement riches et diverses va nous permettre de préparer un colloque d’une demie journée qui se tiendra le 30 mai après-midi à la Maison des Océans.

Nous devons avoir pour partenaires le Centre d’Etudes Stratégiques de la Marine et l’Institut Océanographique – Fondation Albert Ier de Monaco et le soutien de l’Université Paris 13 Sorbonne. Nous cherchons d’autres partenaires ou soutiens : notre colloque précédent a réuni plus de 200 personnes, la visibilité pour nos partenaires est intéressante.

Un nouveau groupe de travail sur la solidarité maritime a commencé ses travaux. Notre objectif est, au delà d’un examen des formes variées que prend la solidarité dans le monde maritime, d’identifier les voies qui permettent le renforcement de ces solidarités et de voir si elles peuvent être utiles dans la société actuelle. Le déroulement de nos travaux dépendra des premières analyses partagées par ce groupe de réflexion.

Concernant la réflexion sur sûreté maritime, les travaux préliminaires réalisés par Bernard Dujardin et François Pezard se sont prolongés. Toutefois, l’incident de santé de François Pezard a temporairement interrompu ces travaux (cf. ci-dessous)

Concernant l’exemplarité écologique souvent recherchée par le législateur, conduisant à des réglementations nationales plus sévères que ne le demandent les accords internationaux auxquels notre pays a souscrit et thème de réflexion évoqué lors de notre dernier conseil d’administration, nous avons sollicité quelques auteurs pour lancer le débat dans La Revue Maritime mais sans grand succès à ce jour. Toutes les contributions seront regardées avec intérêt.

L’IFM a émis un avis lors de la consultation publique lancée au cœur de l’été sur la Stratégie Nationale sur la mer et le littoral. Avec l’aide de comités locaux, nous avons voulu apporter notre contribution pour un meilleur équilibre de ce texte dont la rédaction est confiée par le code de l’environnement au ministère en charge de la mer.

Revue Maritime

Après le numéro 506 de juillet, aux thèmes variés pour une lecture estivale, notre numéro 507 consacré à la Bretagne est paru juste à temps pour la Sea Tech week à Brest où notre comité local était très présent.

Un incident de santé a immobilisé notre rédacteur en chef depuis le mois de décembre, retardant la sortie du numéro 508 : nous n’aurons donc que trois numéros au millésime 2016.

François Pezard est convalescent et nous lui souhaitons un rapide rétablissement complet. Nous tenons à cette occasion à saluer à nouveau l’extraordinaire travail qu’il réalise pratiquement seul pour la revue, aidé seulement de deux relecteurs et, pour la recherche et le choix des articles, du comité de rédaction.

La maquette de la revue a été modernisée il y a un peu plus d’un an, nous nous efforçons d’y présenter des contenus variés, renouvelant toujours l’intérêt de nos lecteurs.  En nous proposant des articles, en nous suggérant de contacter de possibles auteurs ou en les sollicitant directement, vous pouvez participez à la diversité et à la qualité de notre publication.

Les prix de l’IFM

Le jury des prix IFM, s’est réuni le 17 juin sous la présidence de Didier Decoin, à l’invitation du chef d’état-major de la Marine, Bernard Rogel et en présence de son successeur, Christophe Prazuck.

Il a attribué le « Prix Jean Morin de l’IFM » à Michel TUDESQ,  directeur en particulier du lycée maritime de Sète pour son engagement et ses actions de développement de son établissement, bien au delà du rôle habituel d’un  directeur de lycée maritime. Par son action au service de la jeunesse et de l’enseignement maritime, il effectue un travail hors du commun, met en œuvre les valeurs fondamentales de la grande famille maritime et en assure la transmission aux jeunes générations. Le prix Jean Morin a été remis à Sète, le 29 septembre à l’occasion d’une réunion du Comité Languedoc-Roussillon, élargie à la communauté maritime régionale. Michel Tudesq a généreusement remis le montant de son prix à l’association SOS Méditerranée pour soutenir son action de sauvetage des migrants.

Il a attribué le « Prix IFM Avenir » à Simon BERNARD, élève de 5ème année de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime qui, tout en poursuivant sa scolarité et ses périodes de navigation, mène des  projets d’études, d’aide et de mise au point de technologies accessibles aux populations pauvres et est animé par les grandes valeurs de la mer : simplicité, ouverture, travail en équipe. Le prix Avenir lui a été remis au Havre le 11 octobre, dans les locaux de l’ENSM lors d’une sympathique cérémonie organisée par notre Comité Estuaire de la Seine et a été l’occasion d’évoquer les multiples projets de notre lauréat.

Evénements maritimes

Brest 2016 et Sea Tech Week

Notre comité Bretagne Occidentale a disposé d’un stand lors des fêtes maritimes de Brest, et a remis à cette occasion un ‘’coup de cœur’’ à Damien ROUDEAU et Nicolas Le ROY pour leur remarquable ouvrage, ‘’Brest à quai’’, carnet de bord des travailleurs du port : au delà du reportage graphique haut en couleur et du coup de projecteurs sur de multiples métiers souvent ignoré, leur ouvrage de plus de 300 pages montre la vie quotidienne contemporaine dans un grand port : elle a valeur de témoignage pour aujourd’hui comme pour demain.

Né en 1981, Damien ROUDEAU est diplômé en illustration et en arts plastiques, il poursuit en particulier des recherches de métissage du dessin avec le son ou avec la vidéo, et d’interventions dans l’espace.

Né en 1977, Nicolas LE ROY est marin et sociologue. Il a travaillé pour la compagnie maritime PEN AR BED qui relie Brest à Molène, Sein et Ouessant et parcouru le globe sur les navires de l’Ifremer. Ce sont ses amis des ports et de l’université  de Bretagne occidentale qui lui ont insufflé l’envie d’écrire et de se lancer dans l’aventure à domicile de ‘’Brest à Quai’’.

A la demande de notre comité Bretagne occidentale, je suis intervenu lors de la Sea Tech Week, à Brest le 13 octobre dernier, pour y présenter la vision de l’Institut sur l’évolution nécessaire de la gouvernance des océans dont nous avions débattu lors de notre colloque du 1er octobre : une cinquantaine de personnes sont venues m’entendre et échanger avec passion sur ce thème aussi important qu’en apparence éloigné des préoccupations quotidiennes.

America’s cup à Toulon

Notre Comité Toulon-Provence-Corse a été très présent aux côtés du pôle Mer lors des séries de qualification pour l’America’s cup : une superbe manifestation, en dépit d’un vent très modéré et un beau succès avec près de 100.000 personnes chaque jour au Mourillon.

Assises de l’économie maritime

La venue du Président de la République montre, si nécessaire, que les Assises sont devenues un événement de première importance dans le monde politique et un outil de rayonnement essentiel du maritime en France.

Dans le cadre du partenariat que nous avons établi dès l’origine en apportant à cet événement naissant nos ‘’journées nationales de la mer’’, nous avons cette année apporté notre concours à une opération nouvelle, l’accueil de 150 enseignants d’histoire et géographie de l’académie de Poitiers. Avec l’aide de plusieurs de nos administrateurs et du CESM, les sessions qui leur étaient dédiées durant la seconde matinée ont été enrichies de témoignages. Les retours que nous avons eus sont excellents et, au travers de ces professeurs, ce sont plusieurs milliers d’élèves qui vont mieux connaître le rôle de la mer dans tous les aspects de leur vie.

Les  prochaines Assises, au Havre, les 21 et 22 novembre prochain sont déjà sur nos agendas.

Mardis de la Mer et Certificat d’études maritimes

Nos Mardis de la Mer, organisés avec l’Institut Catholique de Paris ont repris avec toujours la recherche de la plus grande variété de sujets, pour donner une culture maritime aussi vaste que possible à nos auditeurs. C’est ainsi qu’au dernier trimestre, nous avons entendu successivement Frédéric Moncany de Saint Aignan nous faire le point sur l’économie maritime Française, Henri Masse, un retour d’expérience sur la tempête Xynthia, Gaël Orieux parler de mer et de gastronomie, Françoise Gaill de la recherche scientifique et Jean-Louis Etienne d’exploration maritime. Le prochain semestre s’annonce tout aussi passionnant.

Les contraintes de sûreté rendent parfois l’accès aux conférences un peu plus difficile : il faut impérativement s’être inscrit en ligne pour pouvoir entrer : merci de le dire autour de vous pour des participants occasionnels.

Si notre certificat d’études maritimes n’a pas encore trouvé son public chez les professionnels soucieux d’acquérir et de pouvoir démontrer une vision transverse des sujets maritimes, il progresse chez les étudiants. Avec Christian Buchet et Jean-Louis Fillon, nous avons entendu les soutenances des premiers candidats à ce certificat : l’un d’entre eux nous a fait une présentation qui sera probablement publiée dans la Revue maritime.

Comités locaux

Le dynamisme de beaucoup de nos comités n’est pas à démontrer : organisation de conférences, participation à des évènements locaux, subvention de la participation d’élèves de l’ENSM aux Assises par le Comité Estuaire de la Seine, rédaction de fiches documentaires par celui de Toulon-Marseille-Corse,...

Développement de l’IFM

L’Institut porte une voix particulière sur les sujets maritime, il est un lieu de débat et d’échange d’opinions, il permet une diffusion de la pensée maritime.

Grâce à l’action - totalement bénévole, vous le savez -  de notre Délégué général, Jean-Louis Fillon, de notre Secrétaire général, Régis Menu, de tous les membres du Bureau, de chaque Président de nos Comités local, l’Institut Français de la Mer est présent dans de nombreux débats et forums. Nos avis sont attendus et écoutés. Nous faisons toujours mieux connaître et aimer la mer aux Français.

Nous devons continuer nos efforts pour développer encore notre présence, nos activités, notre rayonnement.

Par votre soutien, vous y contribuez et je tiens à vous en remercier très sincèrement.

En faisant connaître l’Institut et la Revue Maritime autour de vous, vous pouvez prolonger encore cette action et nous aider encore plus : merci de ne pas hésiter à le faire.

Très cordialement, 

Eudes Riblier
Président de l’Institut français de la mer

(Archives des Mots du président)

 

L’Institut Français de la Mer

 

L’Institut Français de la Mer est une association d’utilité public qui a pour objectif de ‘’faire connaître et aimer la mer aux Français’’ et, plus largement de les sensibiliser au rôle fondamental des océans dans tous les domaines de la vie humaine et des grands équilibres de notre planète, ainsi que d’œuvrer par tous les moyens au développement durable des activités maritimes de la France.

 

L’Institut Français de la Mer a l’ambition d’être ‘’le parti de la mer’’ et il réalise son objectif par de nombreuses actions de sensibilisation, d’information, d’orientation, de recherche, d’études et de formations, dirigées aussi bien vers les décideurs que vers l’opinion publique.

 

Animé par une équipe de bénévoles, passionnés de la mer et des activités maritimes, avec le relais de Comités locaux actifs en Ile de France et dans une dizaine de régions maritimes métropolitaines, l’Institut Français de la Mer bénéficie de l’appui dans son Conseil d’Administration de représentants de toutes les activités maritimes civiles et militaires, à leur plus haut niveau.

 

Nos actions

 

L’Institut Français de la Mer édite la Revue Maritime, revue de débat et d’opinion, qui publie chaque année 500 à 700 pages de signatures reconnues, d’analyses, de proposition, de commentaires d’actualité et d’histoire maritime.

 

Il organise des conférences : à Paris avec le Centre d’Etudes de la Mer (CETMER) les ‘’Mardis de la Mer et des Français’’, cycles annuels de 10 à 12 exposés-débats sur tous les sujets touchant la mer (gratuit et ouvert à tous), et en province de nombreuses autres conférences proposées par les Comités locaux.

 

Il réalise et actualise en permanence un inventaire des formations et métiers maritimes en France, reconnu comme le site le plus complet et le mieux tenu à jour sur ces spécialités.

 

Il attribue des bourses et des prix annuels, sélectionnés par un prestigieux jury : les prix ‘’Jean Morin de l’IFM’’ et ‘’IFM Avenir’’ sont décernés respectivement à une personne ayant œuvré au développement des activités et/ou de l’emploi maritime en France et à un jeune ayant prouvé par une action remarquable son engagement dans le domaine maritime.

 

Il réalise des études et rapports de référence sur les sujets maritimes les plus variés (cabotage Européen, ministère de la mer, réglementations nationales et internationales, navires à double coque, très grands navires, fiches documentaires du Comité Toulon-Provence…).

 

Il est à l’origine du lancement du Cluster Maritime Français.

 

Les domaines de préoccupation et d’intervention de l’Institut couvrent ‘’les 6 marines’’ : de commerce, d’Etat, de pêche, de service, de plaisance et de sauvetage et concernent

1.   La protection des océans et le développement d’une économie bleu, durable, respectueuse de la mer et valorisant pleinement toutes les potentialités qu’elle offre à l’humanité : matière premières, énergie, alimentation, santé, industries, transport ; métiers de la mer.

2.   la défense: stratégie maritime ; Marine nationale ; armements navals ; sûreté maritime.

3.   le droit: souveraineté en mer ; liberté de navigation ; sécurité maritime ; action de l’Etat en mer.

4.   les sciences et techniques: hydrographie et navigation ; océanographie ; hydrodynamique ; exploration des ressources marines ; ergonomie des activités embarquées ; dispositifs techniques de sécurité maritime, de lutte contre la pollution et de sûreté navale et portuaire.

5.   la culture: formations maritimes ; patrimoine littoral, sous-marin et naval ; archéologie ; arts : littérature, cinéma, beaux-arts ; média.

6.   les loisirs: sports de mer, plaisance, aventure maritime.

7.   l’histoiremaritime et la géographie de la mer.

 

Par ses avis et interventions, l’Institut Français de la Mer a une influence prouvée auprès des instances politiques, économiques et administratives nationales.


Precedent Remonter